Interroger la notion d’identité genrée à travers le cheveux : en latin, la chevelure se dit « capillitum, ii », substantif de genre neutre.

L’installation Capillitium, ii, n a pour vocation de se faire expérience. Dépasser le genre binaire, et sa théorie de préjugés : et si être femme, homme, c’était avant tout se sentir soi ?
Trois temps. Espace : artistique, émotionnel.
Proposer au/à la regardant.e un temps de pause réflexive : qui suis-je, par ce que je porte sur mon crâne, ce qui pousse en et en-dehors de moi ? Suis-je défini.e par ce que je montre aux autres de cet intime ?

Le cheveu, c’est aussi ce qui nous touche toutes et tous. Qu’ils soient bouclés, raides, blonds, bruns, roses, nous en faisons toutes et tous quotidiennement l’expérience.
Par un jeu de miroirs, le genre, c’est celui qui nous construit et nous interroge, à diverses échelles. 
Il y a celles et ceux pour qui la notion de genre est un non-événement, une évidence. Celles et ceux qui s’interrogent, évoluent. Changent, parfois.
A la croisée de ces interrogations existentielles, un point de vue, un point de réflexion, un point d’interrogation. Donner matière à penser, à toucher, à interroger. 

Poils d’humain.e.s et de moutons partagent une structure similaire, constitués tous deux par une protéine, la kératine, formée par de longues fibres, dont les écailles permettent l’amalgame des fibres (feutre de laine ici, dreadlocks pour d’autres).
Un processus similaire : celui de porter, au quotidien, la marque de son poil. La révéler à l’autre. 
La couper, aussi, cycliquement. 

Capillitium, ii, n est un espace de liberté sensorielle. C’est un monde neutre, presque monochrome, où la sensation seule guide l’humain : Il, Elle, Iel on s’y sent libre d’aller vers, de manipuler, de sentir, de ressentir. De regarder. 
Chaque sensation bienvenue. 
Sortir des injonctions à penser, des préjugés et des constructions sociales. 

Interrogeant le principe d’interaction numérique, Capillitium, ii, n se veut à la croisée de l’expérience, du test, de le révélation. 
Un temps de réflexion intérieure : qui suis-je, par rapport à ces images que je vois défiler, qui renvoient leur capillarité sans indice sur le genre de leur propriétaire ? Qui suis-je, dans ce rapport d’attraction-répulsion ? Qui suis-je, moi qui vais tendre la main vers la matière? 

Simplement, plonger dans l’éclat de la fibre. 
De la chaleur animale. 
Du nous. 


Capillitium, ii, n / Installation / 2020

Installation en 3 temps :
– Gauche :
Laine ; vidéo 9’34’’ en boucle
Dimensions : L 200 cm x H 350 cm
– Centre :
Laine ; cheveux naturels ; cheveux synthétiques ; fil de coton ; électronique ; détecteur de mouvements
Dimensions : L 150 cm x H 200 cm x P 25 cm
– Droite :
Laine ; cheveux naturels ; cheveux synthétiques ; fil de coton.
Dimensions : L 150 cm x H 280 cm